17/03/2015

Les villes, moteur de Genève

A Genève, près de 85% de la population cantonale réside dans les 14 communes genevoises qui ont plus de 10'000 habitant-e-s et/ou une densité de plus de 1500 habitant-e-s au km2. Pourtant, individuellement, elles n’ont droit qu’à une voix comme toutes les autres communes à l’Association des communes genevoises (ACG), et cumulées, qu’à un tiers des voix, y compris pour des dossiers essentiels comme la réforme de la répartition des compétences entre canton et communes, où l’ACG est censée représenter équitablement (et pas égalitairement) toutes les communes.

Lire la suite

14:00 Publié dans villes | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : ville, enjeux urbains, genève, communes, union des villes genevoises, acg, politique | |  Facebook

28/02/2011

Genève ville de sport, ville en mouvement!

 

Plus de 130'000 personnes sont membres d'un club sportif à Genève, soit plus d'un tiers de la population du canton. C'est impressionnant! Et on ne compte pas dans ce chiffre toutes celles et tous ceux qui se dépensent et s'activent sans nécessairement adhérer à un club.

Genève est réellement une région de sport, avec une offre très riche pour toutes et tous. Jusqu'à récemment, le sport ne constituait pas vraiment un enjeu politique, sauf pour certains dossiers emblématiques comme le Stade de Genève ou plus récemment la Patinoire des Vernets. Mais, comme le relèvent avec amusement les responsables des grandes fédérations sportives du canton, elles sont de plus en plus courtisées par les différents partis politiques ... et espèrent, à juste titre, que cet intérêt perdurera au-delà des élections municipales.

Le sport représente un réel enjeu de société, comme loisir qui rassemble au-delà des origines, des âges, des statuts sociaux, bien sûr! Mais aussi comme outil au service de la santé, de la cohésion sociale, de l'éducation, de la promotion de l'égalité hommes-femmes ou de l'intégration. Le sport est également un domaine qui génère de nombreux emplois directs et indirects.

 

De nombreux défis à relever

Aujourd'hui le risque consiste à croire que les responsables politiques chargé-e-s du sport peuvent se contenter de gérer les acquis, inaugurer les grandes manifestations ou féliciter les juniors qui se distinguent. Au contraire, les défis sont plus nombreux aujourd'hui que jamais.

Ainsi, par exemple, citons les installations sportives, utilisées très intensément, qui commencent pour certaines à monter des signes de vieillissement et de vétusté. Certains équipements sont saturés dans des disciplines comme la natation, le badminton, le tennis, le football ou encore l'escalade. L'enjeu du bénévolat est aussi considérable: Les clubs en vivent et, sans clubs, pas de formation de la relève et de mouvements jeunesse, pas de compétitions locales, pas de manifestations, bref pas de sport ! Si les pouvoirs publics devaient directement assurer le travail des nombreux bénévoles, la facture serait astronomique. Sans compter la perte de liens sociaux qui en résulterait!

 

Du sport pour toutes et tous

Une autre source de préoccupation importante est celle des liens avec le sport d'élite professionnel, lorsque des intérêts économiques sont en jeu, comme dans le cas du hockey sur glace ou du football. Heureusement, on n'oppose plus de manière simpliste sport d'élite et sport populaire, car on a compris qu'ils se complètent nécessairement, le sport d'élite inspirant le sport populaire, et ce dernier assurant la relève pour le premier. Mais les règles du jeu doivent être claires! Les collectivités publiques n'ont pas pour vocation de subventionner directement les salaires parfois mirobolants des joueurs professionnels. Leur rôle est d'assurer des conditions-cadres favorables aux clubs d'élite, notamment au niveau des infrastructures (patinoire, stade, etc.), et de soutenir financièrement la formation de la relève, junior et adulte. Ainsi, un GSHC ou un SFC pourront continuer à faire vibrer les cœurs des Genevoises et Genevois, dans de bonnes conditions, avec des budgets équilibrés et sans risquer un mélange malsain des genres.

 

Jouer en équipe

Ces dernières années la politique sportive s'est animée. Comme la culture, le sport reste, en Suisse, avant tout une responsabilité communale, ce qui permet une grande proximité avec les milieux sportifs. Manuel Tornare, magistrat en charge du sport en Ville de Genève, a initié plusieurs démarches prometteuses, dont celle d'une véritable concertation entre les communes afin de coordonner les politiques liées aux installations, à leur utilisation et aux subventions. Aujourd'hui, il n'est plus envisageable de développer en parallèle 45 politiques communales différentes des sports, sur le modeste territoire cantonal. Les communes et le canton doivent planifier ensemble de nouvelles infrastructures et mettre en commun des ressources pour leur financement et leur entretien. Il manque à Genève des installations comme une patinoire, une deuxième piscine olympique couverte, des terrains de squash, de badminton, de tennis, ou des murs de grimpe, pour ne citer que ces quelques cas. On doit imaginer aussi une utilisation plus intensive des installations existantes sur le plan des horaires de mise à disposition, ains que des petites installations de proximité favorisant la pratique du sport au quotidien. La tarification peut encore être améliorée pour favoriser l'accès des familles, et on pourrait offrir à chaque enfant atteignant 10 ans la première année de cotisation au club sportif de son choix. Il est temps de rassembler les forces et les compétences pour répondre aux besoins de la population de la région et de ne plus regarder son petit pré carré sans vision globale.

 

Gagner ensemble

De même, Manuel Tornare a lancé, avec les communes et l'Etat, le processus de créer une Fondation afin de favoriser à Genève l'organisation de grandes manifestations sportives et travailler de manière plus régulière avec le secteur privé. Ce processus a d'ailleurs contribué à sauver plusieurs manifestations dont, entre autres, le Marathon et le Triathlon de Genève. L'Etat, qui pendant des années, s'est désintéressé du sport, commence à changer d'attitude sous l'impulsion de Charles Beer et a initié un plan d'action pour le sport. Comme exemple d'une démarche très positive, citons celle en faveur du sport-études, soit la conciliation entre études scolaires et entraînement sportif pour des juniors prometteurs.

Des initiatives ont été prises afin de dynamiser les relations entre les Autorités et les fédérations et associations sportives, surtout dans le domaine des subventions. Les partenaires ont besoin de reconnaissance pour tout le travail effectué par les milliers de personnes qui s'engagent bénévolement tout au long de l'année. Ce travail ne fait que commencer, il est nécessaire de renforcer les liens et la collaboration pour mieux identifier les besoins et les réponses à leur apporter. Même si le bénévolat joue un rôle fondamental, l'argent est évidemment aussi vital. Sur impulsion des Socialistes et de leurs deux représentant-e-s actuel-le-s au Conseil administratif, Manuel Tornare (ministre des sports) et Sandrine Salerno (ministre des finances), les subventions ont été indexées (avec un effet de rattrapage) dans le cadre du budget 2010 de la Ville de Genève, ce qui a représenté 3% d'augmentation.

 

Le sport, une discipline politique d'avenir!

Ces prochaines années, la question de la place du sport dans l'accueil continu à l'école sera au cœur de nos préoccupations. Milieux sportifs, Etat et communes (notamment la Ville de Genève) devront naturellement et solidement travailler main dans la main, et répondre ainsi au vote des Genevoises et Genevois qui se sont prononcés en novembre dernier. Cette démarche implique nécessairement un partenariat élargi, incluant aussi les maisons de quartier, les associations de parents d'élèves ou d'habitants, etc. Ceci m'amène à insister sur le potentiel encore insuffisamment reconnu et exploité du sport à Genève comme outil au service de la politique de la jeunesse ou au service de l'intégration.

Au vu des défis qui attendent le sport genevois, des initiatives déjà engagées, et de la motivation certaine des acteurs concernés, tous les ingrédients sont réunis pour que la politique sportive figure dans les principaux sujets de la prochaine législature! Je me réjouirais de servir pour une pareille aventure.

 

16:55 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : sport, communes | |  Facebook