21/07/2017

La Sélection suisse en Avignon, une initiative réussie !

La deuxième édition de la Sélection Suisse en Avignon démontre tout à la fois la vitalité et la créativité de la scène suisse dans les arts du théâtre, de al danse et de la performance, et la capacité des acteurs concernés (culturels et publics) de se fédérer afin de mieux valoriser ces talents hors de nos frontières.


En juillet 2011, je suis allé au Festival d’Avignon alors que je venais de débuter mon mandat de Conseiller administratif en charge de la culture et du sport. Dans les nombreuses découvertes intéressantes du « off », qui côtoie la programmation principale du « in » faite de créations majeures sous la responsabilité de la direction du Festival (à l’époque Vincent Baudrillier et Hortense Archambault, aujourd’hui Olivier Py), j’ai pu constater l’existence de scènes sous la houlette de collectivités publiques, notamment régionales, dont la fameuse scène de la Belgique francophone, le Théâtre des Doms. Le « off » d’Avignon recouvre des réalités extrêmement variées, depuis le petit local doté de 30 places se louant à l’heure par des compagnies soucieuses d’exister et de faire connaître leur travail auprès du public mais surtout auprès des programmateurs en chasse pour les différentes scènes d’Europe, jusqu’à des scènes dotées d’une vraie programmation comme la Manufacture ou le CDC – Les Hivernales, en passant par des scènes dévolues au théâtre comique et de boulevard. Près de 1’500 spectacles au « off » cette année !

J’ai donc spontanément relevé en juillet 2011 sur Facebook que je trouvais dommage que la Suisse n’ait pas, elle aussi, une scène à Avignon dédiée à la valorisation des nombreux talents dont nous disposons en théâtre et autres arts de la scène. Le fédéralisme helvétique et la difficulté de rassembler les énergies et les ressources n’excusent pas tout, preuve en est la Belgique francophone ! Les Suisses existent au « off » mais en devant trouver difficilement les ressources pour organiser leur présence et sans toujours disposer des bons contacts pour jouer dans les scènes reconnues, avec une promotion adéquate.

6 ans plus tard, la situation a bien évolué, puisque pour la deuxième fois consécutive, la Sélection Suisse en Avignon valorise 7 compagnies et artistes de toute la Suisse au festival, en collaboration avec des scènes reconnues du « off ». En participant au vernissage de cette édition sous le patronage conjoint de Pro Helvetia et de la Corodis, j’ai pu constater que cette opération était devenue une belle référence à Avignon.

Entre 2011 et 2016, première édition de cette Sélection Suisse en Avignon, un joli chemin a été parcouru, auquel mon post de Facebook de 2011 a contribué ;-)

En effet, en rentrant cette année-là d’Avignon, je me suis rendu compte qu’il avait suscité de nombreuses réactions, notamment pour rappeler que la discussion n’était évidemment pas nouvelle (je n’étais certainement pas le premier à l’avoir dit !). Du coup, dès lors que je n’étais plus seulement un citoyen qui peut commenter, mais aussi un élu qui a la responsabilité et la possibilité d’agir, j’en ai d’abord parlé à mon collègue en charge de la culture à Lausanne, nouvellement en fonction comme moi, Grégoire Junod (devenu syndic depuis). Les deux villes ont décidé d’examiner les options pour valoriser le théâtre suisse au Festival; très vite, il est apparu logique de mener ce débat au bon endroit, soit la Corodis (Commission romande pour la diffusion des spectacles), en collaboration avec Pro Helvetia, chargée (entre autres) de la promotion culturelle suisse à l’étranger. Ces deux organismes ont mandaté Michèle Pralong, ancienne co-directrice du Théâtre du Grütli à Genève, pour examiner les différentes options. Il s’est avéré qu’acheter ou louer un lieu à l’année aurait été très lourd et aurait exigé des ressources importantes, même si un lieu de résidence et de travail à l’année peut receler un potentiel très intéressant. C’est donc la formule de la Sélection (un appel à candidatures chaque année sous la houlette des deux organismes) qui a été retenu et qui fonctionne ainsi depuis 2 ans, suscitant un intérêt croissant.

L’édition de cette année montre d’ailleurs bien toute la diversité la richesse du tissu théâtral et chorégraphique helvétique, et je trouve particulièrement réjouissant que cette sélection soit ouverte à toute la Suisse, ainsi que le fait qu’il y ait une incursion dans le théâtre pour enfants, sans oublier les séminaires de travail pour favoriser les échéances entre artistes de Suisse et d’ailleurs.

Bravo aux différentes entités et personnes qui ont contribué à mettre en place cette aventure, y compris Laurence Perez, qui en est devenue la responsable opérationnelle avec beaucoup d’énergie et de talent !

A nous autres, responsables aux différents échelons, de renforcer nos efforts conjoints pour valoriser nos talents artistiques et culturels hors des frontières suisses; les artistes sont parmi les meilleurs ambassadeurs dont peut rêver un pays, surtout aussi multiculturel que le nôtre !

PS : Cette année, j’ai profité pour passer aussi aux Rencontres photographiques d’Arles, où j’ai été très bien accueilli par son excellent directeur, Sam Stourdzé. Les Suisses sont déjà bien présents là-bas, comme en témoigne par exemple l’expo de Niels Ackermann (« Looking for Lenin », avec Sébastien Gobert), mais on peut faire encore mieux. Pas de « post » sur Facebook cette fois, mais une photo sur Instagram, et des idées qui en découlent  ;-) A suivre !

11:05 Publié dans Arts de la scène, culture, danse, photographie, Suisse, Théâtre | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

M Kanaan J'ai blogué sur Niels Ackermann mais pas sur Avignon je n'y étais pas. Dommage/Bel été, plein de festivals !

http://duboutduborddulac.blog.tdg.ch/archive/2017/07/22/niels-ackermann-photo-journaliste-genevois-expose-aux-rencon-285248.html

Écrit par : Sylvie Neidinger | 28/07/2017

Les commentaires sont fermés.