07/02/2017

Une direction pour la nouvelle Comédie !

Et les premiers co-directeurs de la nouvelle Comédie sont… Natacha Koutchoumov et Denis Maillefer ! Une nomination que le monde du théâtre, bien sûr, mais plus largement tous les amateurs et amatrices d’art dramatique attendaient depuis de longs mois a donc été annoncée ce matin, mardi 7 février, par le président de la Fondation d’art dramatique, Thomas Boyer, lors d'une Conférence de presse à la Comédie actuelle, en présence de Anne Emery-Torracinta, Conseillère d'Etat en charge du DIP, et de la mienne, devant un parterre nombreux de représentants des médias et d'acteurs culturels.


 

Imaginer l’institution de référence qui manque à Genève

Deux romands – l’une genevoise, l’autre vaudois – ont maintenant pour mission d’imaginer, construire, donner vie et diriger cette institution, de mener l’exaltante aventure de concrétiser une idée à partir d’une page – presque – blanche. Leur projet a été très largement plébiscité par le Conseil de la FAD, pour son ambition, son ouverture aux différentes formes artistiques, les liens qu’il tisse entre les artistes d’ici et l’ouverture internationale.

La nouvelle Comédie, qui a été portée sans relâche depuis bientôt 20 ans par les milieux du théâtre genevois et en particulier l’Association pour une Nouvelle Comédie – que je remercie ici pour leur action constante et volontaire – va donc apporter à notre ville une nouvelle aura, une nouvelle audience.

Un cœur qui irrigue et rayonne

A charge maintenant aux deux responsables de cette institution en devenir d’en faire un théâtre qui propose des moments de grâce. La nouvelle Comédie sera pour Genève un centre qui, tout à la fois, rayonne et irrigue. Qui rayonne en offrant une visibilité aux talentueux artistes d’ici tout en ouvrant ses portes à des co-productions de grande qualité aevc des partenaires d’ailleurs. Qui irrigue en insufflant au cœur de notre cité un élan, une envie, en creusant le sillon des arts et de la découverte dans tous les plis et replis de notre société. En poussant les portes, s’infiltrant dans tous les milieux, toutes les communautés, s’imposant comme pilier d’un quartier en pleine reconfiguration, d’une société tourneboulée par des changements rapides et profonds.

Une fabrique des arts de la scène, pour Genève, son public, ses artistes

Avec 240 représentations publiques prévues et grâce à des ateliers d’artisanat du théâtre, des salles de répétitions, des foyers accessibles au public et un café-restaurant ouvert sur le quartier, la nouvelle Comédie est destinée à devenir une véritable fabrique des arts de la scène. La nouvelle Comédie porte l'héritage d'une riche tradition centenaire de la Comédie actuelle tout en incarnant un renouveau, une ambition pour valoriser ici et ailleurs la très riche scène d’art dramatique dont nous bénéficions à Genève. Elle sera bien plus qu’une salle, plus d’un centre de création réservé aux artistes. Elle sera le lieu qui manquait à Genève, celui qu’elle n’avait peut-être pas osé assumer jusque-là alors qu’elle porte en elle des acteurs et actrices, des metteur-e-s en scène, des dramaturges, des scénographes de si grand talent. Et elle marquera un nouveau morceau de ville qui se construit en ce moment autour de l'une des gares du futur Léman Express, aux Eaux-Vives.

Je suis intimement convaincu que Denis Maillefer et Natacha Koutchoumov sauront incarner cette nécessité d’ouverture de la traditionnelle salle de représentation sur l’extérieur. Qu’ils sauront offrir à Genève la chance de s’ancrer comme ville de théâtre, ici et ailleurs.

14:48 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.