25/02/2011

Promotion du hockey sur glace: pour une stratégie cohérente et crédible

 

Jeudi 24 février, Simon Brandt, conseiller municipal PLR, exprimait dans les colonnes de la Tribune de Genève son enthousiasme pour le hockey sur glace en général, et le GSHC en particulier. Cet enthousiasme est largement partagé à Genève et on ne peut que s'en féliciter. Mais lorsque les autorités prennent des décisions qui engagent l'argent du contribuable, il n'y a pas de place pour du bricolage ou des propositions bâclées. De plus, les autorités ont à cœur de satisfaire tous les besoins en matière de glace: patinage populaire ou artistique, curling, manifestations populaires (soirées « Disco on Ice » par exemple).

 

Limites de l'actuelle Patinoire

La vénérable Patinoire des Vernets, qui date des années 50, ne correspond plus aux impératifs d'un club de hockey sur glace qui veut pouvoir « régater » en ligue nationale A. Avec ses 6'800 places elle constitue la plus petite patinoire du championnat suisse de première division. Lorsque MM. Tornare et Pagani ont repris le dossier en main, en juin 2007, tout était bloqué: les relations entre le Genève Servette Hockey Club et la Ville étaient au plus mal, et le crédit de rénovation était en passe d'être refusé parle Conseil municipal. Leur intervention a permis de rétablir un climat sain de collaboration avec le GSHC, et de convaincre le Conseil municipal de voter deux crédits successifs, de plus de 13 millions de francs, ainsi que d'initier une démarche de mise en commun des efforts pour le mouvement jeunesse. Jusqu'à cette date la Patinoire ne disposait d'aucune loge VIP. La rénovation, terminée en septembre 2009, a permis d'en créer plusieurs, que le Club exploite pleinement. Toutefois, il est exact que cette étape n'a pas suffi pour permettre au Club d'atteindre son équilibre financier et, depuis, différentes options sont étudiées afin de résoudre ce problème. Une première modification a d'ailleurs été réalisée par le Club en décembre 2010, avec le feu vert de la Ville, améliorant les gradins des sièges situés en-dessous des loges. Ceci étant, il faut bien se rendre compte que la Patinoire actuelle atteint clairement ses limites. De plus, le GSHC et la Ville sont soumis, évidemment, aux autorisations délivrées par l'Etat, soit par le biais du DCTI, département de M. Mark Muller. Ce département se montre très pointilleux, sur la base des normes en vigueur pour la construction, la sécurité et la protection du patrimoine, ce qui prend nécessairement du temps.

 

Infrastructure et promotion du hockey en général: destins liés!

La question de l'infrastructure va de pair avec l'ensemble des mesures concernent de près ou de loin la promotion du hockey sur glace à Genève, notamment la formation de la relève et le subventionnement du mouvement jeunesse, et la promotion des sports de glace en général. Sur la question des subventions au mouvement jeunesse « Genève Futur », je relève que le groupe PLR au Conseil municipal était divisé lors de la séance plénière du Conseil municipal le 16 février 2011: les radicaux plaidaient pour un versement immédiat des subventions et les libéraux soutenaient la position du Conseil administratif, sous l'égide de Manuel Tornare, posant d'abord des exigences en matière d'efficacité, de rigueur et de transparence. Comment peuvent réagir d'autres disciplines sportives si on renonçait dans ce cas aux exigences les plus simples alors que des montants considérables sont en jeu? Ce dossier fournit d'ailleurs l'occasion d'une clarification des règles du jeu en matière de soutien public du sport d'élite, ce qui est bénéfique.

 

L'enjeu: une nouvelle Patinoire

En ce qui concerne la patinoire, à part quelques mesures correctives, à étudier et réaliser en collaboration avec le GSHC, il ne fait pas de sens d'investir encore des montants considérables dans l'enceinte actuelle , ce qui relèverait de l'acharnement thérapeutique. Le GSHC ne le demande plus d'ailleurs. La priorité va à la construction d'une nouvelle patinoire, d'une capacité raisonnable (8 à 10'000 places), polyvalente, de préférence sur le site des Vernets, proche de l'actuelle. Elle pourrait faire l'objet d'un partenariat public-privé.

Seule une approche globale et cohérente garantira donc des solutions viables à long terme pour que le Genève Servette Hockey Club puisse jouer encore longtemps dans de bonnes conditions et que le public genevois puisse pleinement profiter de sa passion pour les sports de glace.

 

 

 

10:08 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : hockey, patinoire, sport, gshc | |  Facebook

Commentaires

Cher M. Kanaan,

Vous parlez de propositions bâclées...pouvez-vous alors m'expliquer :

1) Pourquoi la tribune VIP provisoire, que votre colistier Rémy Pagani jugeait irréalisable, a pu être posée en un temps record au mois de décembre ? C'est moi qui l'ai demandé à l'origine et je me permets de vous rappeler que Rémy Pagani a refusé de donner l'autorisation...c'est Manuel Tornare qui a eu le courage de le faire à sa place...vous avez, comme moi, copie de ces courriers...

2) Pourquoi les travaux de rénovation des Vernets n'ont pas été fait durant l'été 2010 malgré le vote positif des motions PLR au Conseil Municipal d'avril 2010 ? Dois-je, là-aussi, vous rappelez certains échanges de courrier entre la Ville et le GSHC ?

3) Pourquoi Rémy Pagani s'accroche-t-il à la pose des loges en "skyboxes", ce qui est impossible pour la saison prochaine ? Qu'attend-t-il pour soutenir et proposer la rénovation moindre à 5 millions ?

4) Si vous avez mieux à proposer que mes solutions bâclées, pourquoi vous ne les proposez pas au Conseil Municipal ? Tant sur la rénovation que la construction de la nouvelle patinoire ? C'est facile de critiquer quand on n'a aucune proposition concrète en remplacement...nous avons déjà toutes les autorisations du DCTI pour les travaux que nous proposons et je les tiens à votre disposition si vous ne me croyez pas...

Ceci étant dit, je vous accorde tout a fait que Manuel Tornare, et vous même par la même occasion lorsque vous étiez directeur du DCJS, avez beaucoup fait pour tenter d'améliorer la situation (au contraire de Rémy Pagani). Mais vous ne pouvez pas dire, en tout cas sur l'aspect de l'infrastructure, que tout a été bien fait.

Ainsi, passerez-vous de la parole aux actes et accepterez-vous que nous votions au Conseil Municipal de mars ou d'avril cette rénovation ? Je refuse d'en faire un combat gauche-droite et je suis certain que nous pourrions travailler entre gens raisonnables sur ce dossier...je me tiens donc à votre disposition pour vous présenter le projet de rénovation et éventuellement, le déposer avec vous ou n'importe qui d'autre...

Écrit par : Simon Brandt | 25/02/2011

Sami à perdu ces rames, SVP!

Écrit par : dominiquedegoumois | 25/02/2011

Cher M. Brandt
On peut toujours faire mieux mais ce dossier a constamment été au sommet des priorités du CA en général, et des deux départements concernés, qui ont travaillé de concert. Il est exact que le feu vert pour les gradins rénovés aurait pu venir plus vite. Mais elles n'ont reçu le feu vert de l'Etat qu'au tout dernier moment.
Quant aux fameuses Skyloges, elles émanaient à l'origine d'une idée du Club, et les architectes ont travaillé d'arrache-pied pour présenter rapidement un projet viable ... dont le coût estimé s'élevait à 14 millions. Ce n'est qu'à ce moment que le Club a fait savoir qu'il n'était plus demandeur, au vu du prix. Le Club craignait, à juste titre, que faire voter 14 millions de plus pour une Patinoire qui a déjà coûté beaucoup d'argent mettrait en danger le projet d'une nouvelle Patinoire dans des délais proches. Rémy Pagani ne semble pas trop croire, lui, à une nouvelle patinoire et donc préfère pousser ces Skyloges. Un choix stratégique, et le Conseil municipal tranchera.
Quant au projet à 5 millions, j'en connais les grandes lignes. Il semble offrir une option intéressante méritant d'être étudiée de près. Ceci étant, et je le dis sans polémiquer, il faudra une fois oser couper court à cette course permanente au bricolage car elle parasite la recherche d'une solution durable. Les crédit votés en 2007 l'ont été à une très large majorité, avec aussi votre groupe, donc il doit être possible d'en faire de même à nouveau.
Vous savez aussi bien que moi que les motions n'ont qu'une valeur symbolique, politiquement importante, mais sans effets immédiats. Lors des accords de juin 2010 avec le GSHC et l'Etat, la Ville s'était engagée à initier les études pour une nouvelle patinoire. Il est temps que ce processus aille de l'avant!
Et la Patinoire n'est de loin pas le seul dossier méritant l'attention des autorités en matière d'investissements dans les équipements sportifs.

Écrit par : Sami Kanaan | 25/02/2011

Cher Mr. Kanaan,

Encore une fois, ce n'est pas à vous (et encore moins à Manuel Tornare) que j'adresse mes principaux reproches mais je trouve que vous manquez sincèrement de courage, car protéger les erreurs de M. Pagani ne vous aideront pas dans votre campagne au Conseil Administratif.

1) Une motion a certes une valeur symbolique, mais Rémy Pagani et vous-même en tant que directeur du DCJS aviez tout loisir de pouvoir les appliquer. Vous ne l'avez pas fait pour des raisons que nous connaissons tous les deux, ce que je trouve regrettable...je n'avais encore jamais vu une motion non-appliquée de cette manière, le tout justifiée par des réponses de mauvaise foi à l'époque.

2) Sur le feu vert, la Ville a mis 10 jours pour donner son feu vert, le DCTI 48 heures. C'était une simple question de volonté politique.

3) Les crédits votés en 2007, je vous rappelle que c'est justement le groupe radical qui a fait pencher la balance ce soir-là (Verts, AGT, PL et PDC contre - PS, UDC et Radicaux pour). J'ai donc la conscience parfaitement clair sur ce dossier car je n'ai jamais refusé le moindre crédit pour la patinoire depuis que je suis conseiller municipal.

4) Vous parlez de bricolage, d'accord, mais encore une fois que proposez-vous à la place ??? Vous avez été directeur du DCJS et n'avez rien proposé (certes, c'est plus du ressort du département des constructions)...pas plus que votre groupe au Conseil Municipal...

5) Le processus doit effectivement aller de l'avant pour la nouvelle patinoire...ou sont donc les propositions de la Ville ??? Il n'y en a pas...en dehors des mes propres propositions rien n'existe...

6) La patinoire n'est effectivement pas le seul dossier méritant l'attention de la Ville...vous avez déjà oublié que vous dirigiez le DCJS dont c'est justement la responsabilité ? Je sais qu'en 4 ans on ne peut pas tout faire mais quand même...

7) Le projet skybox émane à l'origine du GSHC, vous le dites vous-même, pourquoi donc avoir attendu 5 mois pour poser les projets au Conseil Municipal ? Rendant par là impossible toute réalisation de ceux-ci vu les délais de 10 mois de construction, mettant en danger la saison 2011-2012 et la nouvelle patinoire...

8) Rémy Pagani ne "semble pas croire à une nouvelle patinoire", j'en prends bonne note car il ne veut jamais répondre à cela clairement...cela explique pourquoi la Ville n'est pas allé de l'avant depuis l'accord de juin 2010...

Effectivement le Conseil Municipal tranchera, ce n'est pas une affaire gauche-droite mais juste de bon sens, raison pour laquelle je disais qu'on pourrait résoudre cette affaire entre gens voulant faire avancer le dossier.

Mais bref, la population jugera. Et s'il faut une nouvelle fois partir au combat seul, cela ne retiendra ni mon parti, ni moi-même.

Écrit par : Simon Brandt | 25/02/2011

Ben ouais... pourquoi vous vous battez alors que vous êtes d'accord et tous les deux avec une vraie volonté de promouvoir le hockey à Genève?

Le nul dans l'histoire, c'est Pagani qui n'a rien compris... ni rien fait de bien...

Écrit par : jean Jean | 26/02/2011

Les commentaires sont fermés.